S.E.O. – Trois petites lettres qui pourraient changer votre performance web

S.E.O. De kessé?! « Search engine optimization ». En bon français, on parle de « référencement naturel », parfois d’optimisation, c’est-à-dire de la performance de votre site web sur les moteurs de recherche sans recours à des solutions payantes.

Ça mange quoi en hiver le S.E.O.?

Ça mange des mots-clés, entre autres. Mais pas ceux qu’on paie (dans quel cas le référencement n’est plus naturel mais bien payant comme dans le « pay per click »).

D’une certaine façon, le référencement naturel découle de votre capacité à amener votre site à se démarquer du lot. Mais pour cela, il faut comprendre un tant soit peu l’algorithme de Google et compagnie.

Les moteurs de recherche disposent de petits robots (appelés « bots ») qui se promènent partout sur le web pour analyser ce qui s’y trouve. On peut comparer le processus à celui des enseignants qui attribuent des notes à leurs élèves. Différents éléments sont pris en compte lors de l’évaluation : la qualité du contenu, la longueur des textes, la présence d’images, l’utilisation de mots-clés pertinents, la « notoriété » du site, la fréquence de mise à jour, et bien plus.

Comme de nouveaux sites sont créés à tous les jours, que d’autres ferment et que d’autres sont mis à jour, il s’agit d’un processus en continu, ce qui fait en sorte que le rang auquel figurera votre site est appelé à changer.

Qu’est-ce que j’en ai à cirer du référencement?

Pourquoi vous intéresser au S.E.O.? Parce qu’un site web bien référencé pourrait faire la différence entre un site web qui vous rapporte de nouveaux clients et un autre qui dort au gaz.

Selon le site Moz, les sites figurant en première page de Google reçoivent au moins 71 % du traffic (donc des cliques), un chiffre qui augmente parfois jusqu’à 9 2%. C’est donc dire pourquoi votre site devrait figurer le plus haut possible sur cette liste. Un site peu optimisé ne recevra pas de traffic externe ou indirect.

Votre site web devrait être un outil vous permettant d’atteindre votre objectif (vente, réservation, etc.) de façon passive, sans que vous ayez à investir une quantité importante de temps et d’énergie.

Ok, alors comment améliorer mon référencement naturel?

1. Soyez pertinent.

Il fut une époque où certains spécialistes du référencement proposaient des solutions aux pratiques douteuses, telle que l’insertion dans votre site de mots-clés très populaires sur les moteurs de recherche mais sans aucun lien avec votre entreprise.

Aujourd’hui, Google favorise la pertinence. Il scrute les mots que vous utilisez, évalue s’ils sont en lien avec votre champ d’expertise et à quel point le contenu est original et intéressant pour les internautes. Du contenu copié d’un autre site ne saurait faire l’affaire.

2. Écrivez juste assez.

La pertinence est aussi évaluée en termes de longueur des textes. Un texte trop court aura tendance à baisser dans l’échelle de crédibilité car ne permettant pas d’offrir une information approfondie.

Et si on vous dit qu’un texte trop long risque de ne pas être lu en raison des habitudes de lecture en ligne, sachez qu’un contenu intéressant trouvera toujours son public. Il existe aussi plusieurs stratégies de rédaction pour contrecarrer cet état de fait.

3. Faites des mises à jour de votre site.

Lorsque vous faites une mise à jour de votre site, vous envoyez un signal aux moteurs de recherche que vous vous intéressez à vos visiteurs et que vous savez vous renouveler. Un site qu’on ne met pas à jour est perçu comme désuet, lui faisant perdre des points au niveau du référencement.

Pensez-y. Lorsque vous faites une recherche sur un sujet d’actualité, choisissez-vous le texte publié il y a 5 ans ou celui publié hier? Google réfléchit de la même façon. Pour mettre à jour votre site, nul besoin de le faire de fond en comble. L’ajout d’un article de blogue ou de petites modifications ont souvent suffisantes.

4. Utilisez des mots-clés (mais pas trop).

À la base, le S.E.O. est affaire de mots-clés. Choisissez les plus pertinents en fonction de votre domaine, de votre localité et des mots tapés dans les moteurs de recherche par vos clients potentiels. Par exemple: si vous avez une clinique de dentisterie à Toronto, vos clients chercheront possiblement « dentiste + nom du quartier ».

Mais réfléchissez aussi aux éléments qui vous démarquent (offrez-vous un service 24h?) et utilisez ceux-ci dans vos choix de mots-clés. Certains mots-clés sont si populaires qu’il devient difficile de se démarquer. Même si moins de gens sont susceptibles de chercher un service 24h, ceux qui le feront ont plus de chance de tomber sur votre entreprise.

Enfin, n’utilisez généralement qu’un mot-clé par page et essayez autant que possible de l’inclure dans votre titre, dans la description de votre image ainsi qu’à quelques reprises dans le corps du texte.

5. Créez-vous un compte Google Mon Entreprise

Une façon simple d’aider votre référencement est de vous créer un compte Google Mon Entreprise. Celui-ci vous permet d’apparaître dans l’annuaire Google et d’obtenir un profil encadré à la droite de l’écran présentant une carte de localisation, les heures d’ouverture et les avis sur une entreprise donnée.

Si vous avez un compte Gmail, il vous sera encore plus facile de créer votre compte. Vous améliorer votre référencement et vous obtiendrez une visibilité accrue en raison de l’encadré. 

Encore une fois, une mise à jour fréquente de votre compte Google Mon Entreprise et l’ajout de nouveaux avis par vos clients vous aidera dans votre référencement.

6. Identifiez vos images.

Tentez toujours d’inclure un minimum d’une image pour chaque page de contenu. Les moteurs de recherche n’y verront que du feu. Mais n’oubliez toutefois pas de donner un nom pertinent à votre image en recourant à vos mots-clés.

Il ne s’agit ici que de conseils de base que vous pourrez facilement mettre en place vous-même.

Sachez toutefois que le référencement naturel ne se fait pas du jour au lendemain; c’est un processus qui se fait lentement mais sûrement. Ceci dit, le jour où vous vous retrouvez en première page, assurez-vous de maintenir cette position! Si les bots venaient à vous enlever des points, l’impact sur le référencement de votre site pourrait se faire sentir longtemps.

Au-delà du référencement payant comme le P.P.P., il existe d’autres techniques très sophistiquées afin d’aider le référencement de votre site de façon naturelle. Plusieurs entreprises se spécialisent dans l’offre de ce service qui lui, ne sera pas gratuit.

 

person typing on computer

 

 

 

 

 

 

 

L’infolettre: alliée ou ennemie?

Plusieurs entrepreneurs entretiennent une relation amour-haine avec leur infolettre. D’un côté, ils en comprennent la valeur  mais de l’autre, ils n’apprécient pas le temps que sa préparation requiert. 

Ceci dit, peu importe où on se situe, il existe au moins 7 bonnes raisons de faire de votre infolettre votre alliée.

1. L’infolettre vous donne accès à une liste d’envoi. 

Au Canada, les lois contre l’hameçonnage et les pourriels sont très strictes. La Loi canadienne anti-pourriel dicte ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire. Au minimum, vous devez obtenir un consentement tacite des personnes que vous contactez, et dans plusieurs cas, un consentement « exprès ». 

Mais ne soyez pas effrayé ou découragé. Respectez la loi, familiarisez-vous avec les stratégies (légales) de compilation d’adresses courriel et vous vous en tirerez indemne! 

2. Elle vous permet de rester en contact avec votre clientèle.

Maintenir une ligne de communication avec vos clients passés, présents et potentiels est essentiel. Vous connaissez la chanson. Quelqu’un entre dans votre magasin pour « regarder ». Une autre personne vous demande une soumission mais n’est pas tout à fait prêt. La conversion prend du temps et beaucoup d’efforts. Et parfois, ce n’est qu’une question de « timing ». Vous voulez que votre client se rappelle de vous le jour où il sera prêt à passer à l’action. 

3. Elle vous aide à gagner la confiance de vos clients et augmente les probabilités qu’ils reviennent vous voir.

Un client qui se procure un produit ou service dont il tombe amoureux reviendra vous voir. Ce n’est qu’une question de temps. Mais parfois, mieux vaut l’inciter à revenir plus tôt que plus tard. 

La confiance ne s’acquiert pas du jour au lendemain et certains clients hésitent peut-être à revenir vers vous. Vous devez gagner cette confiance, ce qui ne se fait pas en un claquement de doigts. Une infolettre vous permet d’établir les bases de vos relations avec vos clients, ce qui, à long terme, pourrait les inciter à revenir vers vous et même, à devenir des clients à vie. 

4. Elle permet de positionner votre entreprise à titre de leader ou de figure d’autorité.

Votre infolettre est une occasion de démontrer ce que vous valez et d’éduquer votre auditoire. Qu’il s’agisse d’expliquer pourquoi votre produit est de meilleur qualité ou comment vous vous tenez informé des plus récents développements de votre industrie, une infolettre vous donne la chance d’aller un peu plus loin dans vos explications et ainsi vous positionner comme figure d’autorité.

5. C’est un outil abordable et rapide qui permet de rejoindre plusieurs personnes à la fois. 

Une infolettre comportant une liste d’envoi satisfaisante vous permet de rejoindre plusieurs personnes en peu de temps. Vous cherchez à promouvoir une vente de dernière minute? Oubliez l’impression de brochures ou le placement d’une annonce dans le journal! Ces méthodes peuvent prendre beaucoup de temps à implanter et s’avérer très dispendieuses. Une plateforme telle que Mailchimp  vous rendra la vie beaucoup plus facile et ne vous en coûtera que quelques dollars par mois si vous choisissez la version payante. 

6. Elle peut être personnalisée.

Personnaliser vos courriels est la voie à suivre pour montrer à vos clients à quel point ils sont importants tout en générant des occasions d’affaires additionnelles pour votre entreprise. Vous pouvez personnaliser le nom du destinataire mais aussi le contenu de l’infolettre elle-même, en fonction des intérêts ou des besoins de la personne, de ses achats passés, de sondages ou de leur habitudes de consommation web.

Personnaliser votre infolettre engendrera un plus grand nombre d’interactions avec vos contenus, une satisfaction plus grande de vos clients par rapport à votre infolettre, un plus haut taux d’ouverture de vos futures communications et la possibilité de consulter des données et statistiques qui vous seront des plus utiles.

7. Elle génère du trafic sur votre site web.

Une infolettre devrait toujours diriger les lecteurs vers votre site web, même si vous n’avez pas de boutique en ligne. Que vous souhaitiez augmenter le nombre de vues de votre dernière publication de blogue, obtenir une rétroaction par voie de sondage ou promouvoir un événement à venir, vous devriez toujours chercher à augmenter le trafic de votre site. Ce trafic vous permettra de mieux positionner votre site web sur les moteurs de recherche et de démontrer à quel point il est pertinent. Vos clients ne pensent pas nécessairement à visiter votre site sur une base régulière s’ils n’y sont pas invités. 

Votre infolettre devrait aussi comporter des liens vers vos médias sociaux pour que vos clients puissent s’y abonner et interagir avec vous sur vos différentes plateformes. 

 

Vous pensez qu’une infolettre nécessite trop de travail de votre part? Nous pouvons vous aider! De la stratégisation au développement du contenu en passant par la création de votre gabarit, The Storyteller a ce qu’il vous faut!

 

Petite fille s'observant dans le mirroir

L’image de marque, beaucoup plus qu’un logo

Nous avons tous une image de marque. Tous. Qu’on le veuille ou non. Qu’on soit travailleur autonome, professionnel ou autre. Parce que l’image de marque, c’est beaucoup plus qu’un logo. Bien sûr, l’identité visuelle en fait partie mais elle n’est pas une fin en soi.

« Votre [image de] marque, c’est ce que disent les gens à votre sujet lorsque vous n’êtes pas dans la pièce ».

– Jeff Bezos, Amazon

Jeff Bezos n’aurait pu mieux expliquer la chose. Tout ce que vous faites, ce que vous dites, comment vous vous présentez, comment vous vous habillez, tout cela fait partie de votre image de marque, que vous en soyez conscient ou non.

Une question de perception

L’image de marque comprend le mot « image ». Il s’agit donc avant tout d’une perception. Celle que vous avez de vous-même, et, de façon plus importante, celle des autres à votre endroit.

Imaginez la situation suivante : vous êtes une personne jeune, dynamique. Vous vendez un service avant-gardiste. Pourtant, vous tendez une carte d’affaires ringarde et votre site web semble avoir été conçu en 1995. Trouvez l’erreur! Pour de nombreux clients potentiels, ceci pourrait déclencher une sonnette d’alarme.

Comme entrepreneurs, nous avons tous été le cordonnier mal chaussé à un moment ou un autre. Mais il serait erroné de penser que ce genre de choses n’a pas d’impact sur nos affaires, ou pire, de ne pas prendre conscience que notre image est incohérente.

Restez naturel

En affaires comme dans la vie, ce qui rend les choses intéressantes, c’est la diversité. Vous fondre dans le moule serait une grave erreur. Votre personnalité est ce qui vous rend unique! Si vous aimez vous habiller de façon flamboyante, faites-le. Soyez simplement conscient que si cela comporte son lot d’avantages – tel qu’attirer une clientèle à son image -, certains inconvénients y sont aussi rattachés.

Si vous pensez que vous ne pouvez vous passer d’une clientèle plus conservatrice, il n’y a pas de mal à faire de petits compromis, en autant de rester fidèle à vous-même. Pour une première rencontre, vous pourrez ainsi opter pour une tenue plus sobre et l’enjoliver d’accessoires colorés. Une fois que les gens auront compris que votre compétence n’est pas liée à votre apparence, ils seront en meilleure posture pour vous accepter tel que vous êtes.

La réalité est que tout le monde a des préjugés. Parfois, il faut simplement apprendre à apprivoiser l’autre.

Plus qu’un logo

L’image de marque n’est pas qu’un logo; elle va au-delà de l’identité visuelle. Nul doute que cette dernière en fait partie mais votre charte graphique ne peut à elle seule assumer toute la responsabilité.

Il y a fort à parier qu’avant même de tendre votre carte d’affaires, vous commencez par vous présenter. Votre ton, votre posture, votre langage et votre présentation générale est ce qui informe la première impression de votre interlocuteur. L’habit ne fait pas le moine mais mieux vaut donner le ton dès le départ.

Réfléchissez-bien à ce que vous « vendez » aux gens. Si vos outils de communication prônent l’honnêteté mais que vous vous montrez très insistant dans votre approche en personne, vous pourriez en rebuter plusieurs, et ce, même si votre intention est bonne.

Prendre conscience de l’image que vous projetez comme individu est la première étape, et ce, même si vous opérez sous un nom d’entreprise ou que vous n’êtes qu’un employé de celle-ci. À titre de représentant de l’organisation, il importe de vous présenter conformément à sa philosophie et ses valeurs. Il en va de sa réputation.

Une fois cette prise de conscience complétée, vous pouvez alors vous tourner vers l’image de marque telle qu’on y réfère souvent, soit la charte graphique.

Généralement, le logo est l’élément central et fondateur de la charte graphique et vient dicter les autres éléments qui compose l’image de marque, tels que les couleurs et les polices de caractère.

La conception d’un logo ne doit jamais être prise à la légère. Vous devez savoir à qui vous souhaitez vous adresser, bien analyser l’image que vous voulez projeter et vous assurer que cette dernière cadre bien avec la mission, la vision et les valeurs que vous vous êtes fixées.

De nombreuses personnes sont visuelles. Les gens se rappelleront d’un logo attrayant et bien pensé, particulièrement lorsqu’associé à des initiatives positives. Un logo mémorable viendra ainsi contribuer à votre notoriété avant même que vous ayez eu la chance de vous présenter en personne.

Autres considérations

  • Portez une attention particulière à votre message, qui se doit lui aussi d’être cohérent avec votre présentation générale et votre logo. Un message décousu, sans lien apparent, ou pire, mensonger, aura des répercussions néfastes.

 

  • Lorsque vous participez à une activité de nature professionnelle, présentez-vous toujours sous votre meilleur jour tout en demeurant cohérent et fidèle à vous-même; l’idée n’est pas de manipuler votre image.

 

  • Il peut être facile de laisser tomber ses gardes et il suffit parfois d’une remarque désobligeante pour changer l’opinion d’autrui à son égard. 

 

  • L’image de marque se traduit par de petits détails : le style de vos matériels promotionnels, la qualité du carton utilisé pour votre carte d’affaires et le souci de rédiger sans faire de fautes.

 

Au bout du compte, l’image de marque est constituée d’un ensemble d’éléments et peut s’avérer très puissante et bénéfique pour toute entreprise qui souhaite se démarquer et se faire remarquer.

 

Vous souhaitez être davantage « aligné»? Contactez-nous pour en savoir plus sur nos services-conseils, d’analyse de contenu ou de graphisme!

 

5-raisons-pour-lesquelles-vous-devriez-avoir-un-blogue

5 raisons pour lesquelles vous devriez avoir un blogue

Lancer un blog et le maintenir peut apparaître comme tout un défi. Mais le fait d’avoir un blogue peut vous aider à attirer votre clientèle idéale, et il existe certains moyens de contourner votre manque de temps ou d’habiletés. Voici 5 raisons pour lesquelles vous devriez avoir un blogue.

Un blogue vous permet de vous positionner à titre d’expert.

Oui, vous avez bien lu. Maintenir un blogue est une occasion de mettre en lumière votre expertise, que ce soit auprès de vos clients actuels ou potentiels. Il n’y a pas de limites lorsque vient le temps de choisir un sujet :

  • Une présentation plus approfondie d’un service que vous offrez
  • Une analyse d’une étude venant d’être publiée dans votre domaine
  • Une étude de cas portant sur l’un de vos clients
  • Le portrait d’un membre de votre équipe
  • Et bien plus!

Rappelez-vous des raisons qui poussent vos clients à faire affaire avec vous ou à soutenir votre organisation. Quel problème solutionnez-vous? Qu’est-ce qui les accroche? Faites un remue-méninges et déterminer la valeur que vous offrez à ces personnes.

Afin de vous démarquer, essayez d’approcher votre sujet d’un angle différent et original. Tentez aussi d’identifier les mots que vos clients connaissent et comprennent et utilisez-les. Évitez le jargon technique à tout prix mais si vous y êtes obligé, accompagnez-le d’explications. Vous ne voulez surtout pas semer la confusion chez un client potentiel en lui donnant l’impression qu’il ne trouvera pas réponse à sa question. 

Un blogue vous permet de mieux positionner votre site web sur les moteurs de recherche.

Les sites web stagnants sont les ennemis de Google. Si vous ne mettez jamais votre contenu à jour, ne démontrez aucun signe d’activité et que personne ne clique sur le lien menant à votre site, les moteurs de recherche vous pénaliseront fort probablement.

Pour les engins de recherche, un site « actif » est à jour et potentiellement pertinent pour les Internautes, tandis qu’un site « inactif » est perçu comme archaïque. Le fait de mettre en ligne de nouvelles publications à intervalles réguliers envoie un message aux moteurs de recherche que votre site est sérieux et que les Internautes ont de meilleures chances d’y trouver ce qui les intéresse.

Un blogue vous aide à conserver votre clientèle existante et à en rejoindre de nouvelles.

Nous savons tous qu’une relation épanouie doit être alimentée. Ceci ne s’applique pas qu’à nos relations personnelles mais aussi à nos relations professionnelles.

Comment pouvez-vous faire en sorte qu’un client ne requérant plus vos produits ou services revienne vous voir, ou mieux, s’engage dans une relation à long terme avec vous? En les informant de vos autres services, en créant de nouvelles offres et en lui démontrant les avantages d’une relation à long terme. Mais pour cela, vous devez éduquer votre client. Et instaurer un climat de confiance.

Maintenir votre blog à jour vous donne un prétexte pour solliciter vos clients, leur rappeler votre existence, les éduquer et leur montrer que vous êtes constamment à l’affût et que vous vous adaptez aux nouvelles réalités. Imaginez comment vous vous sentiriez si vous appreniez que votre médecin vous avait prescript un médicament qui n’est plus recommandé pour votre condition, faute de ne pas s’informer des développements du monde médical. Vous seriez sûrement dégoûté. Les médecins ne peuvent peut-être pas offrir des conseils sur leur blogue pour des raisons légales évidentes mais il n’y a pas de raison qu’ils ne peuvent parler de la dernière conférence qu’ils ont présentée ou des nouveautés à leur clinique.

De la même façon, avoir un blogue peut vous permettre d’élargir votre réseau et rejoindre de nouvelles personnes. Grâce aux bons mots-clés, un algorythme favorable et des publications aux résultats intéressants, Google peut devenir un allié. Vous devrez sans doute prendre le temps de vous familiariser avec les techniques de rédaction web mais une publication qui arrive au haut des suggestions d’un moteur de recherche sont plus consultées et peuvent donc générer des résultats intéressants pour votre entreprise.

Un blogue peut prendre diverses formes.

Plusieurs personnes considèrent ne pas être en mesure d’avoir un blogue par manque d’intérêt ou de compétences en rédaction. Mais il existe d’autres formules que le blogue écrit. Un vlog, par exemple, se veut en quelque sorte un journal constitué de vidéos. Les balados quant à elles sont parfaites pour ceux qui aiment parler. Et les photographes peuvent certainement approcher leur blogue de façon plus visuelle.

Ceci dit, n’oubliez jamais que même si vous ne recourez pas à l’écrit, le contenu et la page doivent tout de même être optimisés pour Google.

Vous pouvez avoir un blogue sans le mettre vous-même à jour.

Si l’idée de lancer votre blogue et le maintenir à jour vous apparaît complètement irréaliste, il existe différentes stratégies pour contourner le problème.

Par exemple, certains fournisseurs de services web ou assistantes virtuelles offrent un service de gestion et de mise à jour de votre site web. Vous pourriez être surpris de constater qu’il peut être très abordable de faire appel à eux.

Mais pour plusieurs personnes, c’est surtout la création du contenu qui cause problème.

Avez-vous un bon rédacteur parmi votre équipe, quelqu’un qui comprend votre vision et votre industrie? Pourquoi ne pas déléguer cette tâche? Vous pourrez toujours lui fournir une liste de sujets et réviser le résultat final. 

Une autre option est d’embaucher un blogueur ou un rédacteur. Chez The Storyteller, nous commençons généralement par évaluer si nous avons des ressources avec une bonne connaissance de votre domaine.  Une fois cette question élucidée, nous nous assoierons avec vous afin d’en savoir plus sur votre entreprise et votre industrie. Nous effectuerons nos propres recherches et vous fournirons une liste de sujets à explorer, que vous pourrez approuver avant que nous débutions la rédaction.

Aimeriez-vous en savoir plus sur nos services de rédaction de blogues? Contactez-nous!

Améliorer son rendement grâce à du contenu web qui punch

Améliorer son rendement grâce à du contenu web qui « punch »

À toutes les semaines, je rencontre des entrepreneurs qui se sentent désabusés lorsque vient le temps de générer du contenu pour se promouvoir, notamment sur leur site web. Ils ne savent pas comment véhiculer leur message ni structurer l’information. Voici donc quelques éléments à considérer pour améliorer son rendement grâce à du contenu web qui « punch ».

Du contenu à votre image

Pour débuter, il est important de réfléchir à votre entreprise et à son identité, et ce, que vous soyez travailleur autonome ou que vous déteniez une entité distincte.

Quelle est sa mission? Quelles sont les valeurs qui l’animent? À qui s’adresse-t-elle? QU’EST-CE QUI LA DIFFÉRENCIE DES AUTRES? 

Dressez le portrait de votre entreprise, comme s’il s’agissait d’une personne. Quelles sont ses caractéristiques? Qu’est-ce qu’elle aime par-dessus tout? C’est en décrivant sa « personnalité », en l’humanisant et en y attribuant des adjectifs distinctifs que vous pourrez la présenter sous son meilleur jour, et donc, mieux la vendre.

Si vous avez une image de marque forte et cohérente, celle-ci devra non seulement se retrouver au cœur du concept visuel mais viendra aussi influencer le message véhiculé et le langage utilisé. Si ce n’est pas le cas, il deviendra alors essentiel de vous pencher sur ces grandes questions avant d’entamer le processus formel de développement du site et du contenu. 

Votre histoire, facteur d’unicité et gage d’authenticité

Ne sous-estimez pas la valeur d’une section « à propos » (aussi appelée «biographie», « profil d’entreprise » ou, de plus en plus, « notre histoire »).

Avez-vous déjà visité un site web dans l’objectif d’en savoir plus sur une personne ou d’une organisation et de vous frapper à un mur? Rien de plus frustrant! Les gens veulent savoir à qui ils ont affaire, que ce soit pour évaluer la compétence, la pertinence ou la valeur ou pour tenter d’identifier des éléments de rapprochement potentiels. Le recours au storytelling vient donc renforcer votre crédibilité, augmenter la confiance d’autrui et vous permet de vous différencier de la compétition.

Votre histoire passe non seulement par le contenu écrit de votre site web mais aussi par les photos – et les vidéos – de vous-même, vos employés, vos clients, votre milieu de travail et vos produits (idéalement, présentés dans une mise en scène comportant des humains). Évitez autant que possible les banques d’images, trop impersonnelles! Attention toutefois aux photos de mauvaise qualité (cadrage, luminosité, contexte, etc.). Restez professionnel mais, de grâce, évitez les clichés et projetez une image fidèle à la réalité mais pleine de personnalité.

Accessibilité, cohérence et pertinence

S’il est important de frapper l’imaginaire et de se démarquer par son message, on ne saurait trop insister que ce dernier se doit d’être clair, net et précis. En effet, un message mal compris ne vous avancera à rien. Assurez-vous toujours d’utiliser un langage simple, intéressant mais qui va droit au but.

Mettez-vous dans la peau de votre clientèle et tentez d’identifier les raisons qui la poussent à visiter votre site. Quelles réponses souhaite-t-elle obtenir? Découvrir les services que vous offrez? Connaître vos certifications? Prendre rendez-vous? Trouver vos heures d’ouverture? Assurez-vous de répondre à toutes ces questions.

Évitez aussi de sauter du coq à l’âne; divisez l’information en différentes sections. Faites comme à la petite école et tenez-vous en à une idée par paragraphe. Assurez-vous que les idées s’enchaînent bien et recourez aux intertitres lorsque nécessaire.

Surcharger votre site pourrait avoir un effet dissuasif.

Si votre barre du menu est pleine, c’est probablement signe que vous avez trop de contenu. De la même façon, adoptez une disposition de page aérée pour faciliter la lecture et évitez que vos visiteurs aient à défiler la page trop longtemps.

Sachant que 21% de la navigation web se fait maintenant à partir de téléphones intelligents, évaluez si votre texte est trop long. Sachez aussi que l’œil ne lit pas du texte en ligne de la même façon qu’il parcourt un texte imprimé. La lecture à l’écran fait en sorte que de grands pans de texte sont souvent sautés et que seules les grandes idées sont assimilées. Construisez donc des phrases courtes et changez souvent de paragraphe.

Incorporez des « appels à l’action »

Même si votre intention est promotionnelle, favorisez un contenu informatif. Évitez autant que possible l’utilisation de points d’exclamation et de formules racoleuses. Un contenu de qualité viendra favoriser le référencement de votre site dans les moteurs de recherche (et le contraire est également vrai; du mauvais contenu pourrait vous pénaliser).

Ceci dit, incorporez des « appels à l’action » à votre site afin d’encourager vos visiteurs à passer à l’action. Vous souhaitez qu’ils ajoutent un produit à leur panier d’achat? Écrivez-le! Vous voulez qu’on vous contacte pour prendre rendez-vous? Dirigez-les vers votre formulaire de prise de contact! L’idée n’est pas d’harceler le visiteur mais bien de l’encourager à rester sur le site le plus longtemps et de l’amener à poser une action qui vous rapportera.

Besoin d’un petit coup de main avec votre site web? Que ce soit pour analyser votre contenu existant, le traduire, en rédiger du nouveau, créer une vidéo, vous prendre en photo ou développer le site lui-même, prenons rendez-vous, nous avons ce qu’il vous faut!

Raconter-son-histoire-kossa-donne

 

Raconter son histoire, kossa donne?!

À chaque semaine, je rencontre des personnes qui me disent « mais c’est quoi au juste le storytelling ? ». Ce à quoi je commence par leur dire que c’est le fait de raconter l’histoire des personnes qui se cachent derrière leur organisation. Mais ce qu’ils veulent vraiment savoir c’est, raconter son histoire, kossa donne?!

Ça donne que de nos jours, quand on achète quelque chose, que ce soit un produit ou un service, on achète avant tout une P-E-R-S-O-N-N-E. Pensez-y. Avez-vous déjà voulu acheter une auto mais le vendeur vous tapait sur les nerfs? Vous êtes-vous procuré une assurance-vie après y avoir songé pendant des années simplement parce que vous étiez tombé tout à fait par hasard sur un représentant qui vous plaisait? Avez-vous fait affaire avec un contracteur sur la seule recommandation de votre belle-sœur? Les chances sont que oui. Parce c’est tout à fait normal d’agir de la sorte; c’est HUMAIN!

C’est humain d’aller vers ce qu’on connaît, vers les personnes avec qui on a des choses – et des personnes – en commun.

C’est humain de faire confiance aux références de nos proches.

C’est humain de vouloir encourager ceux qu’on trouve sympathique.

C’est humain de faire confiance à ceux avec qui on a eu l’occasion d’échanger et ceux qu’on a appris à connaître.

C’est humain de sympathiser avec ceux dont on connaît l’histoire parsemée d’embuches et de succès.

Mais si vous vous cachez et que vous n’allez jamais à la rencontre de vos clients, si vous ne vous montrez pas sous votre vrai jour ou que vous tenez à maintenir la formalité au nom du sacro-saint professionnalisme, si vous ne partagez jamais rien de vous avec vos clients, comment voulez-vous qu’on veuille faire affaire avec vous? Comment voulez-vous qu’on vous fasse confiance?

Si vous ne vous êtes jamais dévoilé à votre clientèle, une chose de deux :

  1. Les gens n’ont pas d’opinion sur votre entreprise;
  2. Les gens se sont faits une opinion de votre entreprise qui n’est peut-être pas exacte, sur la base de leurs impressions, perceptions, expériences, et d’ouï-dire.

Si la compétence était jadis suffisante pour vous démarquer, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le marché recèle d’entrepreneurs compétents qui font la même chose que vous. Ce qu’il vous reste? Votre personne. Votre histoire. Vos valeurs. Aujourd’hui, c’est ça qui fait la différence et c’est sur cette base qu’une majorité de gens consomment.

Votre histoire = votre proposition de valeur ajoutée

Raconter votre histoire, c’est vous donner l’occasion de vous présenter. De vous promouvoir. De vous DÉMARQUER. De vous faire voir et de vous faire entendre. C’est une occasion de visibilité en or.

Ça vous donne aussi un prétexte pour aller à la rencontre de vos clients. Ça vous donne l’occasion de lui rappeler que vous existez. Raconter histoire de votre entreprise, ça vous permet aussi de partager des informations qui sont plus difficiles à intégrer dans votre slogan, vos publicités ou vos mises à jour quotidiennes mais qui sont ô combien importantes.

Les anecdotes et les exemples de faits vécus peuvent aussi être exploités pour témoigner de votre expérience et faire valoir l’expertise de votre entreprise.

Au-delà de votre histoire comme fondateur ou propriétaire de l’entreprise, il y a celle de vos employés. De vos partenaires. Et même, de vos clients. Le storytelling vient ainsi non seulement mettre en lumière la crédibilité de l’entreprise mais aussi souligner l’apport des autres, constituant un excellent outil de reconnaissance. On peut soulever les bons coups de certains, les montrer dans le feu de l’action ou tout simplement les présenter en tant qu’individus à part entière.

Que vous ayez recours à votre histoire pour vous présenter sur votre site web, vos médias sociaux, dans vos publications imprimées, lors de conférence ou pendant des séances de réseautage, les options de se présenter et les moyens de le faire sont nombreux.

Vous demandez-vous comment le storytelling pourrait bénéficier vos affaires? Contactez-nous pour en discuter et découvrir nos différents forfaits.

Pourquoi il importe de faire appel à un graphiste professionnel

Par Tania Fréchette, graphiste

Vous avez peut-être pensé créer votre propre carte d’affaires ou publicité Facebook à un moment ou un autre. Mais voici une question à laquelle vous devriez réfléchir: avez-vous vraiment les compétences et connaissances pour créer quelque chose de professionnel qui se veut à la fois le reflet de votre marque ET qui répond réellement à vos objectifs?

Pensez-y. Pour aller droit au but, les graphistes sont les personnes les mieux placer pour exécuter ce genre de tâches.

Un graphiste dispose d’une bonne compréhension du type de fichiers requis selon la situation, que ce soit l’impression ou les usages web. Ils comprennent aussi les besoins des imprimeurs et savent ce que sont les fichiers bons à tirer (‘print ready’).

No 1 – Les graphistes proposent de nouvelles perspectives

Même si vous savez ce que vous voulez en matière de design, il est toujours pertinent de demander l’avis d’un professionnel formé en la matière. Il pourra vous suggérer une façon originale de vous présenter et de communiquer votre message efficacement à votre auditoire-cible. Il pourra aussi soulever certains points techniques à considérer selon la façon et l’endroit où vous utilisez votre logo et autres outils.

No 2 – Les graphistes vous économisent du temps

Vous connaissez vos forces. Si le design n’en fait pas partie, un graphiste vous sauvera beaucoup de temps, que vous pourrez dédier à d’autres tâches auxquelles vous excellez. Avez-vous déjà calculé l’argent que vous pourriez rapporter en travaillant pour votre client plutôt qu’à passer des heures à tenter de corriger votre logo? Si au départ vous pensiez économiser, il pourrait bien s’agir d’un élément qui se retrouvera dans la colonne des dépenses.

 

No 3 -Les graphistes vous économisent de l’argent

Surprenant, non? Mais c’est pourtant vrai. Les graphistes vous permettent d’économiser en vous créant une image de marque qui ‘fonctionne’ du premier coup et en une fraction du temps qu’il vous en prendrait. Ils peuvent aussi vous offrir des conseils quant aux compagnies auxquelles recourir pour héberger votre site, imprimer à faible coût ou vous procurer un nom de domaine. Ils ont même parfois des ententes avec ces fournisseurs de services pour vous offrir des taux plus avantageux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une chose à se rappeler est que de travailler avec des professionnels ne signifie pas que vous deviez y laisser votre chemise. Vous pourriez être surpris de trouver des graphistes offrant un produit de qualité à prix raisonnable et compétitif. Par contre, méfiez-vous de ceux qui apparaissent trop beaux (c’est-à-dire abordables) pour être vrais car c’est vraisemblablement le cas. Et au contraire, les plus dispendieux pourraient bien être en train de vous refiler leurs coûts administratifs élevés!

 

 

Tania Fréchette est graphiste et conceptrice de sites web à Ottawa. Elle se spécialise dans la création d’images de marque et de sites web simples et efficaces pour les entrepreneurs et PME.

 

« Un graphisme et une image de marque efficaces viennent renforcer votre message et contribuent à ce que les gens s’en rappellent. Chez The Storyteller, nous travaillons avec des graphistes qui, comme Tania, complémentent notre travail et amènent votre histoire à un autre niveau. »                                                                                                                                                                                       – Geneviève Gazaille, The Storyteller  

De jardins et de bonne bouffe

À Ottawa, où je passe la majorité de mon temps, on trouve plusieurs jardins communautaires. Ici, contrairement à d’autres villes, il s’agit d’un concept relativement nouveau; l’an dernier, le Community Gardening Network a célébré son 20e anniversaire.

Je publie régulièrement des articles dans le cadre d’une chronique sur l’alimentation et j’ai récemment dressé le portrait des jardins communautaires à Ottawa . Ailleurs dans le monde tel qu’au Royaume-Uni, les jardins collectifs ont réellement débuté durant la Seconde Guerre mondiale en raison de la grande insécurité alimentaire causée par l’urbanisation, l’instabilité économique et la guerre. C’est ainsi que le gouvernement a lancé la campagne « Dig for Victory » afin d’inciter les gens à produire leur propre nourriture à l’intérieur même de la ville.

Le Conseil des politiques alimentaires d’Ottawa – au sein duquel je siège – prend à coeur le développement d’un système alimentaire durable et, en ce sens, encourage les résidents à jardiner. Nous tentons de sensibiliser les élus et les institutions au fait que les décisions politiques devraient se prendre en considérant les systèmes alimentaires, de façon holistique. Qu’il s’agisse de jardinage en pots ou collectif ou d’élevage d’abeilles ou de poules, le fait de manger les fruits de notre labeur est avantageux d’un point de vue non seulement environnemental mais aussi de sécurité alimentaire, de santé ou de littératie alimentaire.

D’un point de vue personnel, mon conjoint et moi cultivons des fruits et légumes depuis maintenant quelques années. Nous avons commencé sur ce qui était jadis le balcon de notre appartement pour ensuite bâtir des bacs dans la cour de notre petite maison pour finalement louer un petit terrain d’un producteur local, devenu depuis un client. Bien que j’admette ouvertement ne pas toujours avoir la patience, je dois dire que l’expérience de faire pousser nos propres légumes a été très enrichissante. Découvrir des semences, apprendre sur les variétés indigènes, regarder les légumes pousser (ou non!), procéder à des expérimentations, manger les produits les plus goûteux que nous ayons mangé, rien ne bat ça! Avez-vous déjà vu un plant de choux de Bruxelles?!

Il était une fois… l’époque où nous produisions notre propre nourriture!

Si je vous raconte tout ça, c’est que pour moi, le processus de produire de la nourriture est une histoire en soi. Nous pensons beaucoup à manger, voire à cuisiner mais très rarement réfléchissons-nous à la production de la nourriture et à son cheminement de la ferme à l’assiette. Le plaisir de manger n’est-il pas quintupler lorsqu’on sait d’où nos aliments proviennent, comment ils ont été produits et par qui? Pour moi, il n’y a pas de doute. Lorsqu’on fait son épicerie, l’étiquette mentionnant le pays d’origine ou portant le sceau du commerce équitable nous raconte une partie de l’histoire. Imaginez tout ce que vous pourriez savoir et partager si tout débutait dans votre propre jardin!

Le jardinage n’est pas qu’un passe-temps mais une occasion de se reconnecter avec la nature, d’apprendre, de partager et de manger des délices. Et si la littératie alimentaire n’a jamais été aussi présente dans le discours public, ça commence avant tout à la maison. Réfléchissez-y une minute. Vous rappelez-vous lorsque vous observiez Grand-Papa prendre soin de ses tomates ou aider Maman à faire une tarte avec les pommes fraîchement ramassées dans le pommier? Ça remet les choses en perspective. Savoir d’où notre nourriture provient, comment elle est produite et comment la cuisiner. C’est tout ce que ça prend. Car au bout du compte, ça nous ramène aux relations bâties autour d’un bon repas partagé avec nos êtres chers.

Chez The Storyteller, nous sommes heureux de travailler avec des fermiers de famille, restaurateurs et organismes qui ont à coeur l’alimentation des gens, la santé de nos terres agricoles et la viabilité financière de nos producteurs agricoles.

 

Qu’est-ce que le storytelling et pourquoi doit-on s’y intéresser?

Les « vraies » histoires sont souvent bien plus excitantes que la fiction. Voilà grosso modo en quoi se résument les paroles de Laura Poitras, réalisatrice, documentariste et productrice gagnante d’un Oscar. Ainsi, si vous croyez que votre histoire est ennuyeuse, ou pire encore, que vous n’en avez pas, réfléchissez bien. Tout le monde a une histoire, il s’agit de poser les bonnes questions et de trouver la bonne façon de la raconter pour y rendre justice. Les histoires des gens « ordinaires » sont souvent les meilleures et nous ne sommes pas les seuls à en témoigner.

Mais qu’est-ce que le storytelling et pourquoi doit-on s’y intéresser? En marketing, le storytelling est l’art de recourir à son histoire pour entamer la conversation avec son auditoire et se construire une image de marque. Il s’agit de se définir comme organisation, d’aborder d’où on vient et ce à quoi on aspire. Notre clientèle peut ainsi mieux comprendre notre ADN, établir des liens avec sa propre expérience et se sentir interpelée par notre marque. Certaines organisations s’en remettent à l’histoire et la vision de leur leader, utilisant son aura pour établir leur crédibilité, alors que d’autres préfèrent laisser leur marque briller par elle-même. 

À titre de fondateur de son entreprise, de visionnaire et de communicateur hors pair, Steve Jobs était un excellent exemple de ce que peut accomplir une personnalité charismatique pour le compte d’une marque. Mais ce ne sont pas tous les leaders qui peuvent le faire, et parfois, il est avisé de laisser toute la place à la marque. L’exemple ci-contre (en anglais, désolé!) est intéressant en ce qu’il démontre que Steve Jobs est un excellent conteur, un naturel lorsqu’on le compare à Bill Gates, et ce, même s’il ne s’agit pas ici de son meilleur discours. 

Les consommateurs sont plus sollicités que jamais et ont maintenant le luxe de choisir où ils dépensent leur argent. La mondialisation a homogénéisé l’offre et bien que cela puisse en rassurer certains, il est plus difficile que jamais de se démarquer. Mais un consommateur blasé et habitué  à un service à la clientèle médiocre reconnaîtra et parlera d’une expérience positive. Par ailleurs, les traditions sont encore valorisées mais la nouveauté et la capacité de se réinventer sont désormais incontournables. Aucune entreprise ne souhaite être la saveur du jour qu’on aura tôt fait d’oublier, pas plus qu’une relique de jours meilleurs. Vous voulez montrer aux gens que vous êtes fiers d’où vous venez tout en étant capable d’évoluer et de vous adapter. Au bout du compte, raconter votre histoire vous aidera à conserver votre clientèle actuelle ET d’en développer de nouvelles.  

Comment raconter son histoire

Avez-vous déjà lu un livre que vous ne pouviez plus déposer ou regardé le même film pour la centième fois? Voilà le résultat d’un bon exercice de storytelling. Ces histoires sont peut-être fictives mais rien n’empêche d’appliquer la même formule à votre propre histoire. 

Pensez-y. Quels sont les ingrédients de toute bonne histoire? D’abord, le récit. Il doit être cohérent tout en comportant quelques éléments de surprise pour maintenir votre intérêt. Ensuite, les personnages. Peut-être sentez-vous que vous avez quelque chose en commun avec l’un d’eux ou vous êtes intrigué par le fait que sa personnalité se trouve à des milles à la ronde de la vôtre. Et on retrouve toujours un « méchant » qu’on adore détester. Enfin, il y a la façon dont on raconte l’histoire. Dans le cas des livres, certains aiment les narratifs très détaillés qui leur permettent de visualiser les lieux comme s’ils y étaient. A l’écran, on retrouve parfois un narrateur mais ce sont des choses comme la musique, les costumes, l’éclairage, les décors et les acteurs eux-mêmes qui influencent le résultat final et comment on y réagit. 

Qu’on couche littéralement son histoire sur papier, qu’on crée une vidéo, qu’on enregistre un podcast ou qu’on assemble des images à des fins de présentation, on doit réfléchir aux divers éléments qui rendront notre histoire mémorable. 

Le pouvoir du storytelling

Vous souvenez-vous de la photo de la jeune fille au Napalm? Si le nom ne vous dit rien, vous vous rappellerez sans doute de cette photo vue et reconnue de par le monde où une petite Vietnamienne dévêtue court entourée d’une scène d’horreur. Même si vous ne l’aviez jamais vu, il vous serait assez facile d’en saisir l’essence. Votre version différerait peut-être de la réalité, mais le désespoir émanant de cette petite fille ne vous échapperait pas et se retrouverait sans doute au coeur de votre récit, ainsi que de celui de votre voisin. Des photos qui valent mille mots; voilà celles qu’on veut présenter, dans toute leur splendeur et leur horreur.  

L’aspect émotif mis à part, les infographies peuvent avoir un pouvoir similaire. Les meilleures en particulier peuvent relayer l’information de nature plus pratique rapidement et efficacement tout en adoptant un ton plus irrévérencieux qui aidera à positionner votre marque.

Et bien que les courts récits écrits ne permettent souvent pas de les contextualiser, la réalité est telle que la capacité d’attention des gens est aujourd’hui extrêmement courte. Le mieux est souvent de combiner l’imagerie, l’écrit et la vidéo pour maximiser son impact, et de diviser son histoire en une série de courts récits dans le but de vous offrir une exposition répétée et vous assurer d’être entendu et compris.